actualités

Lettre d'information ACS du 21 août 2017

Publié le 21 août 2017

Les défaillances d'entreprise à leur plus bas niveau depuis vingt ans

Selon les derniers chiffres d’Altares, 12.925 défaillances d’entreprise ont été enregistrées au deuxième trimestre 2017, soit une baisse de 7,8% par rapport au deuxième trimestre 2016. La baisse des défaillances d’entreprise concerne également les petites entreprises dont les carnets de commandes sont mieux remplis et la trésorerie moins élastique. Elle est de 10% pour les TPE de moins de trois salariés, mais de 13% pour les PME de 10 à 49 salariés et même de 34% pour celles de 50 à 99 salariés. Ces bons résultats profitent à l’ensemble des secteurs. Les défaillances baissent de 17% dans le secteur de la construction, de 5% dans celui du commerce de détail, de 4% dans l’industrie manufacturière et de 6% dans le transport routier de marchandises.

Un projet de loi pour les PME en 2018

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a annoncé que le gouvernement présentera un projet de loi dédié aux petites et moyennes entreprises en 2018. L’objectif est de leur « simplifier » la vie et de les aider à « se développer ». Les parlementaires et les grandes entreprises seront associés à l’élaboration de ce texte.

L'économie bretonne crée des emplois

D’après une note de l’Insee, l'économie bretonne a créé plus de 6.000 emplois au cours du 1er trimestre 2017. L'emploi progresse dans les principaux secteurs d'activité, indique l’Insee, sauf dans celui de l'industrie. L'emploi dans la construction rebondit et le nombre de logements commencés augmente à nouveau. Le taux de chômage diminue nettement, et ceci pour tous les départements bretons.

L'activité des entreprises brétiliennes s'améliore

D'après une enquête menée par la CCI auprès de 585 entreprises du département d'Ille-et-Vilaine, la conjoncture économique s'améliore. Le taux de chômage en Ille-et-Vilaine est désormais de 7,4%, contre une moyenne de 9,3% pour la France entière. 31,9 % des établissements interrogés indiquent un chiffre d'affaires en hausse et 23,5% des entrepreneurs interrogés tablent sur une progression de leurs investissements. Compte tenu de ces éléments, la majorité des chefs d’entreprise se déclarent optimistes pour le second semestre 2017.

L'AFE lance un appel à projets pour aider les TPE à se développer

Afin d’accélérer le développement des TPE, l'Agence France Entrepreneur (AFE) a lancé le jeudi 6 juillet 2017 un appel à projets à destination des acteurs de l'accompagnement des TPE. L'idée est de « soutenir des projets structurants à destination des entreprises qui expriment un souhait de développement et de création d'emplois sur l'ensemble du territoire, et notamment dans les territoires fragiles », a précisé l'Agence dans un communiqué. L’initiative, qui s'inscrit dans le cadre d'une dotation exceptionnelle de l'État de 20 millions d'euros, permettra de soutenir cinq dossiers maximum. Six millions d’euros au total seront affectés à leur mise en œuvre. Les candidatures s'effectuent en ligne jusqu'au 20 octobre 2017.

Regain des microentrepreneurs en 2016

En 2016, 70.000 personnes supplémentaires se sont enregistrées sous le statut de microentrepreneur. Cette augmentation de 7% est deux fois plus rapide que celle de l’an dernier. Le travail indépendant avait suscité un véritable engouement lors de la campagne présidentielle. Emmanuel Macron a promis de doubler les plafonds de chiffre d’affaires au-dessus desquels les microentrepreneurs doivent renoncer à leurs avantages fiscaux et sociaux. Il entend aussi les exonérer de toutes charges pendant leur première année d’activité. Le succès du régime s’explique également par l’entrée en vigueur en janvier 2016 du régime unique du microentrepreneur.

Le bâtiment se relance, mais pas le neuf

D'après le baromètre de l'AdCF/CDC, le secteur du bâtiment profite d'un regain de la commande publique mais uniquement dans le domaine du renouvellement, pas dans le neuf. La remise aux normes de l'accessibilité aux handicapés ainsi que la rénovation thermique des bâtiments publics semblent tirer le secteur vers le haut. A contrario, les collectivités et les autres administrations évitent de construire de nouveaux actifs, générateurs de frais de fonctionnement les années suivantes.