actualités

Lettre d'information Agricole du 15 mai 2017

Publié le 16 mai 2017

Le subventionnement des primes d’assurance sera de 65% pour 2017

Selon un arrêté publié par le ministère de l’agriculture le 10 mai 2017 au Journal officiel, « le taux de prise en charge des primes ou cotisations d'assurance éligibles à l'aide à l'assurance récolte contre les risques climatiques » sera bien de 65% pour le niveau socle pour l'année 2017. Il sera limité à 45% pour le niveau de garantie « complémentaire optionnel ».

 

Abattages de poulets et de dindes en hausse

Selon l'Agreste, en mars, les abattages de poulets ont progressé de près de 4% en tonnage par rapport à mars 2016, et ceux de dindes d’1%. À l'inverse, ceux de canards à gaver chutent de 45%, à cause de la grippe aviaire. Au total, les abattages de volailles sont quasi stables en têtes et se réduisent de 1,1% en tonne équivalent carcasse (téc). Concernant le commerce extérieur de la France, en février, les exportations de viandes et préparations de volailles progressent de 3,9% en glissement annuel, tandis que les importations reculent de 1,5%. Ce qui réduit le déficit commercial en volume. Les exportations de viande de poulet augmentent de près de 2%, soit 600 téc, et les importations de 1,4%, soit 600 téc.

 

Le Space, une réponse aux besoins d’adaptation

Le Space, qui se tiendra du 12 au 15 septembre 2017 à Rennes, se positionnera cette année dans la dynamique de modernité et d’adaptation des filières animales. En effet, l’environnement du secteur agricole est toujours en mouvement et impose de s’adapter en continu. Pour cette édition, le thème choisi est « La robotique au service de l’éleveur ». En effet, la robotisation, avec le développement des outils connectés et l’apparition de fermes entièrement automatisées, est aujourd’hui en plein essor dans le monde agricole.

 

Porc : les producteurs européens au bout du tunnel

Selon la note de conjoncture du ministère de l'Agriculture, publiée le 10 mai, les expéditions de l'UE vers la Chine ont augmenté de 96% en volume ; représentant désormais 40% des exportations européennes vers les pays tiers. Cette forte demande a permis au solde commercial de la France de redevenir positif en volume (+23.000 téc) et de s'améliorer en valeur (passant de -400 M€ à -284 M€). Cet appel d'air du marché chinois a permis aux cours du porc en France et dans l'UE de se redresser. Alors qu'entre janvier et mai 2016, il était inférieur à la moyenne des cinq années précédentes, il a fortement augmenté à partir de juin. En moyenne sur l'année, il dépasse de 3,4% le cours de 2015. Début 2017, sur fond de baisse de la production française, les prix demeurent fermes, malgré une baisse des exportations (-12% sur les deux premiers mois).

 

Biomasse : la SNMB en consultation

Du 9 mai au 9 juin 2017, la stratégie nationale de mobilisation de la biomasse (SNMB) établie par le ministère de l’Environnement est en consultation. L’objectif est d’articuler les différentes filières de production, qu’elle soit agricole, forestière ou issue de déchets et de chercher à régler et prévenir les conflits d’usage entre les filières alimentaires et énergétiques.

 

L'Anses veut faciliter le signalement des effets indésirables des pesticides

L’Anses (Agence nationale sanitaire) a annoncé le 11 mai 2017 le lancement d’une nouvelle procédure en ligne permettant d’améliorer le recensement des effets indésirables lié à l'utilisation de produits phytosanitaires (insecticides, herbicides, fongicides) sur les animaux, les végétaux et les milieux naturels. Les utilisateurs directs, les fabricants, les importateurs, les formateurs et conseillers mais aussi les particuliers sont invités à signaler tout effet indésirable. Pour les effets sur la santé humaine, il existe déjà un portail du Ministère des Affaires sociales et de la Santé.

 

Restriction sur l’irrigation dans les Côtes-d’Armor

La préfecture des Côtes-d’Armor a annoncé le 10 mai 2017 une nouvelle série de restrictions dont l’interdiction d’irriguer les parcelles agricoles entre 8h et 20h. En effet, d’après un communiqué de la préfecture : « depuis avril 2016, le déficit pluviométrique est de l’ordre de 320 mm sur le département, ce qui représente sur cette période -36% de pluie par rapport à une année normale ». Et d’ajouter que « les mesures prises dès janvier ont permis de reconstituer les stocks d’eau dans les principales retenues départementales. Toutefois, les pluies de cet hiver n’ont pas permis de recharger les nappes d’eau souterraines, qui présentent un niveau historiquement bas pour un mois de mai. […] Les débits des cours d’eau depuis cet automne sont les plus bas jamais observés et sont très largement inférieurs aux années de référence dites “sèches” comme 1976, 1990, 2003 ou encore 2011 ».

 

Le registre des actifs agricoles voit le jour

Attendu depuis 1988, le décret créant le registre des actifs agricoles est paru ce 10 mai 2017 au Journal officiel. La mesure entrera en vigueur au 1er janvier 2018. Ainsi, tous les agriculteurs actifs seront inscrits dans ce registre, qu’ils exploitent à titre principal ou secondaire ou qu’ils soient cotisants solidaires. Cependant, le plus dur reste encore à faire : il faut maintenant définir les agriculteurs « professionnels », les seuls susceptibles de bénéficier des aides publiques.