actualités

Lettre d'information ACS du 25 septembre 2017

Publié le 25 septembre 2017

Budget 2018 : le retour de la croissance accélère la réduction des déficits

Profitant de l’accélération de la croissance, le gouvernement a revu à la baisse la prévision de déficit public, à -2,9% du PIB en 2017 et -2,6% en 2018. Et ce malgré des économies moins importantes que prévues, puisque l’objectif a été revu de 20 milliards d’euros à 16 milliards. Selon les nouvelles prévisions de l’exécutif, la croissance du PIB devrait s’établir à +1,7% cette année. Avec le retour de l’emploi et l’augmentation de la masse salariale qui dope les rentrées de cotisations et d’impôts, le taux de prélèvement obligatoire devrait s’établir à 44,7% du PIB. Cette tendance va se poursuivre en 2018. La coupe de plus de 10 milliards d’euros l’an prochain sera contrebalancée par l’évolution spontanée de recettes meilleures que prévu.

Bretagne : Une croissance soutenue au deuxième trimestre

D’après l’Ordre des experts-comptables de Bretagne, la conjoncture économique bretonne du 2ème trimestre est bien orientée. Tous les indicateurs sont au vert, la croissance des entreprises a été de 4% contre une moyenne nationale de 2%. L’organisme note en outre que tous les départements de la région ont profité de cette reprise.

L'exécutif prêt à tailler dans le budget des chambres de commerce

Le gouvernement pourrait réduire le budget des chambres de commerce et d’industrie (CCI) de 150 millions d’euros en 2018, soit une baisse de 17%. Plus précisément, il pourrait opter pour une réduction du produit de la taxe sur les frais de chambre qui leur est affectée pour couvrir leurs frais de fonctionnement. En quelques années, le budget des CCI est déjà passé de 1,4 milliard d’euros à un peu moins de 900 millions d’euros.

11 millions d'euros pour le fonds Brit qui fête ses 10 ans d'existence

Dédié aux repreneurs d'une TPE ou d'une PME, le fonds Brit est géré par le réseau Initiative Bretagne. En 10 ans d’existence, pas moins de 3.000 repreneurs ont bénéficié de ce fonds qui sert de levier et permet aux repreneurs d’obtenir les financements réclamés pour les reprises. Les 11 millions d'euros engagés par la Région Bretagne et la Caisse des Dépôts dans Brit ont globalement généré 400 millions d'euros de prêts bancaires. Ces derniers, d’un montant allant de 1.500 à 20.000 euros en fonction des situations, sont accordés sans garantie ni intérêt, sur une période de 5 ans. Brit a par ailleurs permis la création ou le maintien de 12.000 emplois.

Un quart seulement des autoentrepreneurs sont encore actifs au bout de cinq ans

Selon les chiffres de l’Insee, 23% des autoentrepreneurs déclarés au premier semestre 2010 étaient encore en activité cinq ans après. La pérennité à cinq ans est beaucoup plus élevée pour les entreprises classiques de la même génération (60%) et pour les entrepreneurs individuels (50%). Par ailleurs, c’est dans le secteur de la santé et de l’action sociale (46%) et l’enseignement (35%) que la pérennité est la plus forte. L’âge du créateur a également un impact sur la pérennité de l’activité. En effet, 16% des autoentrepreneurs âgés de moins de 30 ans lors de leur immatriculation en 2010 étaient encore actifs cinq ans après contre 31% pour les plus de 50 ans ou plus. Enfin, le chiffre d’affaires moyen des autoentrepreneurs s’élevait à 10.200 euros en 2014, soit 400 euros de moins qu’en 2012.

Autoentrepreneurs : le doublement du plafond aura un faible impact

Le projet de loi de Finances prévoit le doublement du plafond du chiffre d’affaires des autoentrepreneurs. Ces derniers conserveront le régime du micro-social jusqu’à 72.000 euros pour les services et 170.000 euros pour les ventes de marchandises. Présentant de nombreux avantages, le régime des autoentrepreneurs ne devrait pour autant pas voir ces rangs grossir. Afin de ne pas favoriser la concurrence déloyale avec les artisans, le gouvernement a en effet pris soin de ne pas autoriser le doublement des plafonds sur le volet fiscal.

Le commerce spécialisé en croissance de 1,4 % en août

D’après le panel de la fédération du commerce spécialisé Procos, la performance d’août 2017, en hausse de +1,4% par rapport à l’an passé, doit être relativisée en raison d’un mois d’août 2016 particulièrement déprimé (-3%). En cumul sur les huit premiers mois de l’année, l’activité du commerce spécialisé reste légèrement négative à -0,3% (contre -0,1% en 2016 sur la même période). Dans le détail, c’est le secteur de l’équipement de la maison qui enregistre la plus forte performance (+5,8%), tandis que l’équipement de la personne stagne (+ 0 %). L’activité du secteur culture-loisirs s'établit pour sa part à + 1 %. En août 2017, les sites les plus performants sont les centres commerciaux de centre-ville (+ 4,7 %) alors que les commerces de centre-ville ont connu des difficultés (- 1,1 %). A l’inverse, en périphérie, les centres commerciaux, bien qu’en positif, performent moins (+ 0,9 %) que les retail-parks et moyennes surfaces (+ 2 %).