Environnement

Formation Pass’ MAEC : un module économique d’analyse globale des systèmes fourragers

Environnement

Publié le 08 octobre 2019

Formation Pass’ MAEC

Le cahier des charges des MAEC Système Polyculture Élevage (MAEC SPE) prévoit un ensemble de critères à respecter (maintien de l’activité animale, interdiction de retournement des prairies permanentes, quantité maximale de concentrés…) ainsi que des ratios d’assolement ou de réduction de l’indice de fréquence de traitement.

Il prévoit également une obligation de formation. 

Les premiers contrats arrivant en 4e année d’engagement, c’est l’occasion de faire le point sur la rentabilité de son exploitation. Cerfrance Brocéliande vous propose de positionner vos indicateurs économiques en comparaison de groupes ciblés en fonction de leurs systèmes fourragers et ainsi vous permettre d’identifier vos marges de progrès.

Quelques facteurs « clé » des exploitations laitières en système herbager

1er constat : les exploitations ayant adopté un système herbager privilégient l’autonomie alimentaire, avec l’herbe en plat principal. « Bien pâturer » permet de réduire la part de fourrages conservés et surtout les concentrés azotés. A système identique, des écarts entre les meilleurs et la moyenne apparaissent sur les coûts fourragers en fonction des frais de récolte pour l’herbe conservée.

Les concentrés coûtent 28 € de moins au système le plus herbager

Les autres charges opérationnelles (véto, reproduction, élevage, paille) sont comparables, ramenées à la vache.

2e constat : la productivité des vaches étant moindre, en moyenne, le produit viande est à l’avantage des systèmes extensifs aux 1000 litres, avec des écarts allant jusqu’à 14 € / 1000 litres en conventionnel.

Ainsi, la marge brute par 1000 litres traduit des écarts au bénéfice des systèmes extensifs, en lien avec l’économie des coûts directs.

Des écarts de marge brute par 1000 L  au bénéficie des systèmes « extensifs »

Sur les charges de structure, les écarts sont réduits par ha de SAU, mais les « extensifs » sont plus coûteux aux 1000 L. Il faut loger, entretenir davantage de vaches pour une même production globale. « Bien pâturer » nécessite aussi des investissements : chemins, réseaux d’eaux, clôtures… 

Hors amortissements et frais financiers, l’écart de charges de structure approche les 30 €/1000 L entre le groupe d’« ensemble » et le groupe « herbager » à plus de 65% herbe / SAU. Il atteint 50 € au total. 

Enfin, en système « classique », les éleveurs recherchent la productivité à l’animal, à l’hectare et par unité de main d’œuvre. Elle est donc très supérieure. Les éleveurs en système herbager priorisent, quant à eux, l’autonomie et la maitrise des coûts. Les bonnes performances aux 1000 L compensent la moindre productivité de la MO : le résultat/UTH familiale est comparable entre les groupes.

Quand le pâturage augmente, l’intensification diminue

 

Autre aspect, un choix de système d’alimentation doit prendre en compte le risque météo, par rapport à la sensibilité de ses sols. Dans un système « classique », celui-ci est davantage réparti sur deux types de fourrages : herbe et maïs (+/- 40% SFP). En système herbager, le choix des espèces végétales (graminées / légumineuses) devra intégrer cette problématique.

Rejoignez nos formations Pass’MAEC pour découvrir plus en détail l’analyse des résultats selon votre choix de système fourrager.

Prochaines formations MAEC avec places disponibles en 2019
Lieu Date
Betton mardi 15 octobre
Le Faouët mardi 15 octobre
Montfort sur Meu mardi 15 octobre
Dol de Bretagne mardi 22 octobre

 

Formations MAEC avec places disponibles en 2020
Lieu Date
Montfort sur Meu Mardi 14 janvier
Ploërmel Jeudi 16 janvier
Janzé mardi 21 janvier
Lécousse mardi 21 janvier
Betton jeudi 23 janvier
Vannes jeudi 23 janvier
Caudan mardi 28 janvier
Dol de Bretagne mardi 28 janvier
Questembert mardi 28 janvier


Luc Mangelinck et Morgane Carn