Social

Loi travail : Congés et jours fériés

Social

Publié le 02 décembre 2016

Congés et jours fériés : la loi travail laisse plus de place à la négociation collective

En matière de congés et de jours fériés, comme en matière de durée du travail, la loi laisse plus de place à la négociation collective et fait parfois primer l'accord d'entreprise sur l'accord de branche.

Un principe qui concerne, entre autres, la période de prise des congés payés, l'ordre des départs en congé, les modalités de mise en œuvre des congés spécifiques (durée, renouvellement...) ou encore la détermination des jours fériés chômés dans l’entreprise.

S'agissant des règles impératives auxquelles l'employeur ne peut se soustraire, plusieurs modifications sont apportées. Ainsi, le salarié peut aujourd'hui prendre ses congés payés dès son embauche et n'a donc plus à attendre l'ouverture des droits à congé (le 1er juin, en principe). Quant aux indemnités compensatrices de congés payés, elles sont désormais dues au salarié quel que soit le motif de la rupture de son contrat de travail, y compris en cas de licenciement pour faute lourde.

En outre, la durée de certains congés pour événements familiaux est allongée. En effet, les salariés bénéficient maintenant de 5 jours de congés lors du décès d'un enfant (contre 3 jours auparavant) et de 3 jours en cas de décès de leur conjoint, de leur partenaire lié par un Pacs, de leur concubin, de leur père, de leur mère, de leur beau-père, de leur belle-mère, d'un frère ou d'une sœur (au lieu d'un ou 2 jours précédemment). Un congé de 2 jours est, par ailleurs, instauré pour les parents à qui l'on annonce la survenance d'un handicap chez leur enfant. Enfin, la condition d'ancienneté requise pour prétendre au congé de proche aidant est réduite de 2 ans à 1 an.