actualités

Lettre d'information ACS du 26 février 2018

Publié le 26 février 2018

Comment Bercy veut faire encore plus d'économies 

A l'occasion du Conseil des ministres, Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, et Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances, ont fait le point sur le plan action publique 2022 qui doit permettre de réaliser 4,5 milliards d'euros d'économies par an à partir de 2020. Les suppressions de dispositifs fiscaux sectoriels bénéficiant aux entreprises devraient permettre de réaliser une économie de 1,5 milliard d'euros, qui permettrait notamment de financer la baisse du forfait social inscrite dans le projet de loi Pacte. Enfin, la réforme de la comptabilité de Gérald Darmanin vise à internaliser la fonction comptable dans les collectivités de taille importante. Elle doit conduire à la suppression de plus d'un millier de postes de fonctionnaires.

Budget 2018 du Conseil régional de Bretagne : 188 millions d'euros pour l'économie 

Dans un contexte de dépenses et de recettes publiques toujours plus contraint, la Région Bretagne a annoncé qu'elle allouait pour 2018 un budget de 188 millions d'euros à l'économie sur un budget global de 1,538 milliard d'euros. En plus du lancement du Pass'Commerce et Artisanat, un outil financier à destination des TPE, le Conseil régional de Bretagne renforce ses dispositifs en faveur de la création d'entreprise et reprend en main le Nacre (Nouvel accompagnement à la création ou à la reprise d'entreprise) pour les demandeurs d'emploi ainsi que le dispositif Pass Création. La Région a également pour ambition d' « engager un partenariat avec les chambres consulaires autour de la reprise-transmission » d'entreprises. En effet, avec 32.200 dirigeants de plus de 55 ans (1/4 ont plus de 65 ans), la transmission des entreprises est un véritable enjeu pour l'emploi. Une nouvelle convention Brit (Bretagne reprise initiative transmission) sur la période 2018-2020 va ainsi être signée avec la Caisse des dépôts.

Les défaillances d'entreprises en net recul en novembre 2017 

Selon les derniers chiffres publiés par la banque de France, le nombre de défaillances recensées fin novembre 2017 s'élevait à 54.445, marquant une diminution de 7,6% par rapport à novembre 2016. Malgré une progression dans le domaine des petites entreprises (+5,2%), les défaillances ont reculé sur l'ensemble des petites et moyennes entreprises (PME) pour atteindre 54.259 en novembre dernier, un niveau inédit depuis 2008. Les petites structures sont les plus touchées par les défaillances : 91 % des entreprises défaillantes salariaient en effet moins de dix personnes et 95,6 % enregistraient un chiffre d'affaires inférieur à deux millions d'euros. Concernant les secteurs d'activité, ce sont ceux de la construction et des activités immobilières qui ont enregistré les plus forts reculs du nombre de défaillances cumulées sur 12 mois (-13,6 % et -17,9 % respectivement).

Un guichet unique en ligne pour créer son entreprise de A à Z 

Alors que le processus classique de création d'entreprise nécessite souvent des déplacements à la banque, chez l'avocat ou encore chez l'expert-comptable, puis un temps d'attente de plus d'une semaine, deux jeunes pousses françaises se sont associées pour permettre aux créateurs d'entreprise de réaliser l'ensemble des démarches en ligne en quelques jours seulement et pour moins de 500 euros. LegaLife, spécialiste de la rédaction automatisée de documents administratifs et juridiques en ligne, et iBanFirst, établissement de paiements internationaux et de change pour les entreprises, ont ainsi mutualisé leurs compétences pour ouvrir un guichet unique de la création d'entreprise : création des statuts de la société, obtention du certificat de dépôt du capital et enregistrement au greffe… toutes ces démarches peuvent désormais être réalisées en ligne.

Légère inflexion du climat des affaires pour l'industrie du bâtiment 

Malgré une année 2017 particulièrement dynamique pour le secteur de la construction, les professionnels restent prudents pour 2018. L'enquête mensuelle de conjoncture de l'Insee met en effet en avant un léger recul du climat des affaires. Si l'indicateur synthétisant ce dernier, en baisse pour le deuxième mois consécutif, culmine à 107, l'indicateur de retournement, en revanche, « passe dans la zone d'incertitude conjoncturelle, quittant ainsi la zone de climat conjoncturel favorable pour la première fois depuis avril 2016 ». Un certain nombre de dirigeants du secteur du bâtiment pointent des moindres taux de remplissage de leurs carnets de commande (7,4 mois de travail). Si les dirigeants n'envisagent pour l'instant pas de baisse de prix pour rester compétitifs, ils n'annoncent pas non plus une hausse de leurs effectifs.

La majorité des millennials affirment privilégier les commerces indépendants 

D'après l'édition 2018 de l'observatoire Cetelem de la consommation, les millenials indiquent avoir un intérêt particulier pour les commerces indépendants. 56% des personnes interrogées affirment en effet privilégier les boutiques tenues par de petits commerçants pour réaliser leurs achats, contre 47% pour les plus de 35 ans. Cette lassitude des grandes enseignes se retranscrit aussi dans leur regret d'avoir toujours moins de choix et de voir toujours les mêmes enseignes dans les rues marchandes (72 % partagent cette opinion). C'est une des raisons pour lesquelles les millennials se tournent vers la vente en ligne. L'étude révèle enfin que les millenials aiment les produits de haute qualité quitte à réduire le nombre d'articles dans leur panier (76 %).

Bretagne : Hausse de la fréquentation hôtelière 

La fréquentation hôtelière bretonne poursuit sa progression ! Après 7,5 millions de nuitées en 2015 et 7,6 millions de nuitées en 2016, un nouveau cap est franchi en 2017 avec plus de 7,9 millions de nuitées enregistrées dans les hôtels de la région. Cette hausse s'explique par l'essor des nuitées d'affaires (+4,7% sur un an) mais aussi des nuitées d'agrément (+3,2%).