actualités

Lettre d'information ACS du 2 juillet 2018

Publié le 02 juillet 2018

Entreprises : un milliard d'aides en moins 

Dans le cadre du programme de révision des aides aux entreprises mené par le gouvernement, Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a indiqué qu'il voulait identifier d'ici à fin septembre les dispositifs publics qui ne favorisaient pas la création d'emploi ou d'activité. Il s'est par ailleurs dit favorable à l'instauration d'un malus en cas d'abus sur les contrats de type CDD, mais à une condition : «que l'on veille aux intérêts des plus petites entreprises, souvent obligées d'embaucher le plus par contrats courts» mais «qui créent le plus d'emplois». 

Bretagne : repli de l'intérim 

Pour la première fois depuis plusieurs mois, les contrats intérimaires en Bretagne se sont affichés en repli en mai. D'après le baromètre Prism'emploi, les effectifs intérimaires ont en effet reculé de -1,9% alors qu'au niveau national ils ont plutôt augmenté de 2,2%. Dans le détail, le nombre d'intérimaires bretons a diminué de -1,7% dans l'industrie, de -5,1% dans les services et de -15,8% dans le B-TP. La situation n'est pas la même selon les départements. Si l'emploi intérimaire a reculé en Ille-et-Vilaine de -5,6% et dans le Finistère de -3%, il s'est affiché en revanche en hausse dans les Côtes d'Armor (+3,6%) et dans le Morbihan (+1,8%). 

Les défaillances d'entreprises ont baissé en mars 

D'après des chiffres fournis par la Banque de France, le nombre de défaillances d'entreprises a baissé de 7,1% sur la période de 12 mois achevée fin mars. Au total, 53.095 entreprises ont fait l'objet d'une procédure de sauvegarde, ont été placées en redressement judiciaire ou mises en liquidation sur cette période, contre 57.128 un an auparavant. Dans le détail, les défaillances ont reculé de 11,5% dans la construction et de 13,1% dans les activités immobilières. Elles ont baissé de 6,6% dans les conseils et services aux entreprises, de 6,4% dans l'hébergement et la restauration, de 3,9% dans l'agriculture et de 6% dans l'industrie. Le nombre de défaillances a en revanche augmenté de 5,4% dans les transports et l'entreposage. 

Une étude relativise le dynamisme des créations d'entreprises 

D'après une étude de l'Insee, en 2014, environ 65% des créateurs d'entreprise voulaient créer leur propre emploi ou trouver des revenus de complément. Près de 40% des fondateurs étaient chômeurs ou sans activité. Parmi les profils type de créateurs d'entreprise, la plupart ont créé des entreprises individuelles ou des micro-entreprises. En 2014, 27% des créateurs d'entreprise étaient auparavant au chômage, et parmi ceux-ci un tiers était sans emploi depuis plus d'un an. Plus de 60% de ces entrepreneurs avaient un diplôme équivalent ou inférieur au bac. Les créateurs éloignés de l'emploi représentaient 13% des fondateurs d'entreprise. 19% des créateurs d'entreprise se lançaient dans l'aventure afin de compléter leurs revenus. Environ 70% des salariés concernés travaillaient déjà dans le secteur privé. Enfin, près de 4% des créateurs étaient des retraités. 

Avec la loi Pacte, le moral des chefs d'entreprise se redresse légèrement 

Selon un sondage OpinionWay pour CCI France/La Tribune/Europe 1, la majorité des mesures emblématiques de la loi Pacte est approuvée par les chefs d'entreprises. Pour 79% d'entre eux, la mise en place d'un guichet unique électronique est une bonne nouvelle. 64% estiment que le guichet unique va faciliter la création d'entreprise et 60% qu'il va accélérer les procédures administratives. Mais 48% indiquent que le risque d'erreur va augmenter. Par ailleurs, 83% des chefs d'entreprise adhèrent à la mise en place d'un registre unique. Le gel des obligations pour les seuils d'effectifs ne suscitent pas l'engouement des patrons. Pour 91% d'entre eux, cette mesure n'aura aucune répercussion sur leur propre entreprise. 

Les exportations bretonnes représentent 2,8% du total français 

A l'occasion de la 6e édition de l'Open de l'International, Vincent Chamaret, le directeur général de Bretagne Commerce International, a fait le point sur les exportations des entreprises bretonnes. En augmentation, l'export breton représente aujourd'hui 2,8 à 2,9% des exportations françaises (chiffres des Douanes). Une grande partie de l'économie est d'ailleurs tirée par le secteur de l'agroalimentaire. L'Europe est la zone numéro 1 pour les exportations bretonnes, avec en tête l'Allemagne. Viennent ensuite l'Espagne où depuis trois ans l'agroalimentaire élaboré, comme les plats cuisinés, progresse, et l'Italie. Si l'Asie reste un marché porteur les entreprises de Bretagne, des inquiétudes sont formulées par rapport à l'export de métal aux Etats-Unis. 

Les marges des entreprises devraient repartir à la baisse en 2018 

D'après une note de l'Insee, le taux de marge des entreprises devrait reculer de 0,4 point, à 31,7 % de la valeur ajoutée, d'ici à la fin de l'année. Cette baisse serait liée à plusieurs facteurs : hausse du prix du pétrole, gains de productivité qui resteraient faibles et augmentation des salaires. A plus long terme, la transformation prévue du CICE en baisse de charges début 2019 entraînera une hausse du coût du travail.