actualités

Lettre d'information ACS du 18 octobre 2021

Publié le 19 octobre 2021

En octobre, l'activité en France quasiment remontée à son niveau pré-crise

D'après un point de conjoncture publié par la Banque de France, l'activité tricolore devrait poursuivre son retour à la normale en octobre. Après vingt mois de soubresauts, au gré de la crise sanitaire, « l'activité se situerait [...] presque à 100 % du niveau d'avant-crise » ce mois-ci. Les indicateurs sont globalement au vert : une « poursuite modérée de l'amélioration de l'activité » est prévue en octobre, et la Banque de France s'attend à ce que le niveau d'activité revienne « entre 99,5 % et 100 % de son niveau d'avant-crise ». Plusieurs secteurs témoignent d'une activité en hausse : l'industrie chimique et pharmaceutique, les services marchands et le bâtiment. Ces tendances devraient se poursuivre en octobre, selon les chefs d'entreprise interrogés par l'institution : le bâtiment progressera, de même que les services, tandis que l'industrie sera « quasi stable ou en hausse dans l'ensemble des secteurs ». Malgré l'optimisme affiché, des nuages se profilent toutefois à l'horizon. En septembre, 56 % des chefs d'entreprise dans l'industrie interrogés par la Banque de France ont en effet rapporté rencontrer des difficultés d'approvisionnement. Une proportion grimpant à 62 % dans le bâtiment et jusqu'à 81 % dans l'automobile. Ces difficultés de plus en plus courantes « s'accompagnent une nouvelle fois de hausses des prix des matières premières et des produits finis », souligne le rapport. Autre danger, les difficultés de recrutement continuent de se multiplier : plus de la moitié des entreprises du bâtiment et des services ont indiqué en rencontrer, en septembre.

Les créations d'entreprises baissent en septembre sur un mois

Selon l'Institut national des statistiques (Insee), le nombre de créations d'entreprises a diminué de 1,5 % au mois de septembre par rapport au mois d'août, tiré à la baisse par le secteur transport et entreposage et les services aux ménages. Sur les 12 derniers mois, le nombre de créations d'entreprises s'affiche toutefois en hausse de 23 %, « notamment en raison du niveau particulièrement bas des créations pendant le premier confinement en 2020 », précise l'Insee. Dans le détail, 79.902 entreprises ont été créées en septembre 2021, dont 50.862 micro-entreprises, soit 64,8 % du total, et 750.312 entreprises sur les neuf premiers mois de 2021. Par secteurs, les créations d'entreprises ont baissé de 6,4 % sur un mois dans le transport et l'entreposage, un secteur où elles sont particulièrement nombreuses et qui comprend les services de livraisons à domicile, ainsi que de 5,5 % dans les services aux ménages. En revanche, les créations ont augmenté de 7,1 % dans l'industrie, de 3,3 % dans les activités financières et l'assurance et de 4,1 % dans les activités immobilières.

Un nombre infime d'entreprises ayant souscrit un PGE ont fait faillite

Alors que beaucoup d'observateurs craignaient une vague de défaillances d'entreprises après la crise du Covid et l'octroi des Prêts garantis par l'État (PGE), les chiffres de la Banque de France montrent finalement une proportion extrêmement faible de procédures judiciaires. 3.944 entreprises ont en effet fait l'objet d'une procédure de défaillance depuis la création des Prêts garantis par l'État (PGE) en mars 2020, lors du premier confinement sanitaire. Soit « un taux de défaut de 0,6 % » sur les 650.836 prêts accordés au total par les pouvoirs publics. Si l'institution considère ces données comme « rassurantes », elle indique néanmoins « rester vigilante » sur le sujet

Entrepreneurs indépendants : l'Assemblée vote en faveur du choix entre impôt sur le revenu et sur les sociétés

Traduisant une mesure du plan pour les travailleurs indépendants annoncé en septembre, les députés ont voté le 13 octobre pour que les entrepreneurs individuels, dont les bénéfices sont soumis à l'impôt sur le revenu, puissent opter pour l'impôt sur les sociétés, sans avoir à modifier leur statut juridique. Ce dispositif devrait permettre, conformément à la logique générale du plan indépendant, de simplifier les démarches des entrepreneurs individuels ». L'Assemblée a également, toujours par voie d'amendements, décidé de porter de sept à dix ans la durée du statut de « jeune entreprise innovante », mis en place en 2004 et assorti d'avantages fiscaux et sociaux pour soutenir les petites et moyennes entreprises à fort potentiel d'innovation et de croissance.

La reprise des fonds de commerce bientôt facilitée

Lors de l'examen en première lecture de la première partie du budget 2022 à l'Assemblée nationale, les députés ont donné leur feu vert à la possibilité d'amortir fiscalement les fonds de commerce des TPE et petites PME qui seront acquises à partir du 1er janvier 2022. Concrètement, les personnes qui rachèteront ces fonds vont pouvoir déduire de leurs résultats imposables l'acquisition sur une dizaine d'années. Cet avantage fiscal devrait ainsi « rendre les opérations de rachat de fonds commerciaux existants plus attractives pour les entrepreneurs qui s'acquitteront de leur impôt sur une base fiscale plus faible », explique le ministère de l'Économie. Temporaire, cette mesure devait s'appliquer jusqu'au 31 décembre 2023, selon le projet de budget initial de l'exécutif. Mais les parlementaires ont décidé de rallonger la durée au 31 décembre 2025.

La Capeb se réjouit de la reprise du secteur mais s'inquiète des hausses de prix des matériaux

Présent au salon Artibat à Rennes, Jean-Christophe Repon, le président national de la Capeb, s'est réjoui de la bonne santé du secteur qui profite de la reprise. Entre janvier et juin, les petites entreprises du bâtiment ont en effet créé 26.000 emplois en France et cette dynamique s'est confirmée au troisième trimestre avec 5 % de hausse d'activité dans l'entretien rénovation, +5,5 % pour les travaux liés à la transition énergétique et +3,5 % sur le neuf. Les petites entreprises du bâtiment affichent un carnet de commandes à 103 jours en moyenne. Malgré ces bons chiffres, des craintes sont remontées concernant l'augmentation des prix des matériaux. La filière bois de la Capeb signale à ce titre des augmentations de l'ordre de 8 à 15 % sur les devis des particuliers depuis un an, et même jusqu'à 20 % sur les maisons à ossature bois. Des réunions ont lieu avec le ministère pour encourager les bonnes pratiques et limiter les effets d'aubaine de la part des fournisseurs.

480.000 contrats signés en 2021 : l'apprentissage en route vers une nouvelle année record, se félicite Borne

L'apprentissage poursuit son ascension. Invitée sur Europe 1, Élisabeth Borne a en effet annoncé que 480.000 contrats d'apprentissage avaient d'ores et déjà été signés en 2021 et que le chiffre historique de 2020, à savoir 525.000 contrats enregistrés, allait probablement être battu. La ministre met notamment cette réussite sur le compte du plan « 1 jeune 1 solution », lancé par le gouvernement à l'été 2020, dans lequel figurent des aides spécifiques pour booster l'apprentissage. Jean Castex a annoncé début septembre la prolongation de six mois, jusqu'au 30 juin 2022 des aides financières à l'apprentissage pour les entreprises, déjà prolongées une fois jusqu'au 31 décembre 2021.