actualités

Lettre d'information Agricole du 30 août 2021

Publié le 30 août 2021

L'objectif des 15 000 exploitations certifiées HVE bientôt atteint

Selon le bilan dressé par le ministère de l'Agriculture le 3 août 2021, la France comptait au 1er janvier 2021 14 333 exploitations certifiées Haute valeur environnementale (HVE), toutes filières confondues, soit 2,3 % de la SAU française. Les élevages ne représentent que 4 % des exploitations agricoles certifiées HVE, mais leur proportion a doublé en six mois. Le nombre d'exploitation certifiées a été multiplié par trois (+165 %) par rapport au 1er janvier 2020. Des chiffres encourageant quant à l'objectif fixé par le plan biodiversité d'atteindre 15.000 exploitations agricoles certifiées d'ici 2022. Le deuxième objectif fixé par le Plan biodiversité est d'atteindre 50.000 exploitations certifiées d'ici 2030.

Le potentiel énergétique de la biomasse agricole n'est pas encore suffisant pour 2050

Selon une récente étude publiée par France Stratégie, institution rattachée au Premier ministre, la biomasse agricole ne constitue pas encore une alternative suffisante aux énergies fossiles pour atteindre l'objectif français de neutralité carbone pour 2050. « Les taux de mobilisation de la biomasse agricole pour l'énergie et les matériaux sont très élevés pour le lin/chanvre, les cultures pérennes dédiées et le bois issu de l'agroforesterie dont l'utilisation énergétique est assez développée, mais restent assez faibles pour les effluents d'élevage, les résidus de cultures ainsi que pour les cultures intermédiaires et surplus d'herbes », estiment les experts de France Stratégie. En prenant uniquement en compte les disponibilités supplémentaires actuelles (pas encore valorisées), le potentiel énergétique maximal de la biomasse agricole française s'élèverait à environ 82 TWh, contre 155 TWh envisagés pour 2025 par un scénario prospectif. Selon France Stratégie, la mobilisation de la biomasse agricole afin de parvenir à la neutralité carbone est possible mais nécessite plutôt le développement d'un « programme agricole de long terme intégrant une vision transversale [et] la mobilisation des autres gisements de biomasse, notamment forestiers ».

Nouvelle hausse de l'excédent des échanges agroalimentaires en juin

Selon une note de conjoncture Agreste, l'excédent des échanges agroalimentaires a atteint 587 millions d'euros, en progression de 329 millions d'euros du fait de la croissance des exportations (+797 millions d'euros). L'excédent reste supérieur de 153 millions d'euros à la moyenne 2016-2020 pour un mois de juin. Avec 731 millions d'euros, l'excédent commercial en produits transformés a gagné 496 millions d'euros par rapport à juin 2020. A l'inverse le solde des échanges des produits agricoles bruts s'est dégradé pour le troisième mois consécutif, perdant 167 millions d'euros.

Un prix du lait européen à 357 euros/1 000 litres en juin

Après une croissance ininterrompue sur le début de l'année 2021, le prix du lait versé aux producteurs européens n'aura pas connu de creux saisonnier en 2021, puisqu'il s'est finalement stabilisé à hauteur de 357 euros/1 000 litres, en juin. D'après les données de la Commission européenne, il a débuté l'année à 349 euros/1 000 litres et s'est progressivement hissé à hauteur de 357 euros/1 000 litres sur les mois de mai et juin. Les premières estimations laissent entrevoir une nouvelle hausse en juillet, de l'ordre de 2 euros/1 000 litres.

Viande : 373 millions de tonnes en 2030

Selon un rapport de prospective de l'OCDE et de la FAO, la production mondiale de viande va progresser de 44 millions de tonnes sur la période 2021-2030, pour atteindre 373 millions de tonnes. Dans le détail, la plus grande part de la croissance de la production sera alimentée par la volaille, bien que l'augmentation prévue soit moins dynamique que sur la décennie précédente. La Chine, les États-Unis, l'Union européenne, le Brésil et la Russie resteront les cinq premiers bassins de production, mais leur part dans le total devrait aller en diminuant, reflétant le dynamisme des autres régions.

Porc : l'USDA revoit à la hausse la production mondiale

En juillet, l´USDA a revu ses estimations de production porcine mondiale à la hausse, de 4% par rapport à avril à 105,1 millions de tonnes, à la suite du rétablissement de la production en Chine. Cette dernière devrait augmenter de 20,4% sur un an à 43,8 millions de tonnes. Les exportations mondiales de porc sont revues à la hausse de 2% à 11,8 millions de tonnes. Selon l´USDA, les importations chinoises devraient augmenter de 3% à 5 millions de tonnes.

Volaille : la production de l'UE devrait légèrement reculer en 2021

Selon les prévisions de la Commission européenne, la production de viande de volaille de l´UE devrait légèrement reculer de 0,9 % en 2021. L´influenza aviaire (IA) qui frappe désormais 18 pays de l´Union, continue d´impacter la production dans les principaux pays producteurs, dont la Pologne, le plus grand producteur de volailles dans l´UE. La production aurait reculé de 4,4 % au premier trimestre, en glissement annuel. Le prix du poulet dans l´UE a atteint un niveau exceptionnellement élevé au deuxième trimestre. A plus de 200 euros/ 100 kg début juin, il se place 8 % au-dessus de la moyenne quinquennale

Poulet Label rouge : recul de la production

Sur les cinq premiers mois de 2021, les mises en place de poulets Label rouge en élevages ont reculé de 4 %. La baisse atteint -6 % pour le poulet jaune. Cette contraction est la conséquence directe de l´épisode d´influenza aviaire qui a frappé le Sud-Ouest fin 2020-début 2021, grosse région d´élevage de poulets jaunes fermiers. Les autres bassins d´élevage français n´ont compensé que la moitié de la production perdue dans le Sud-Ouest, estimée à environ 5 millions de têtes. Les mises en place ont maintenant repris dans cette région.