Economie

Circuit court, achat éthique, connecté : zoom sur les nouvelles habitudes de consommation

Economie

Publié le 26 janvier 2021

Les nouvelles habitudes de consommation se tournent vers les circuits courts

Depuis quelques années, les français ont commencé à opérer plusieurs changements dans leurs habitudes de consommation. Achat plus responsable, préférence pour les produits locaux et d’origine française, commande en ligne, commerce équitable, vente en circuit court… Avec la crise sanitaire et les périodes de confinement, ces évolutions ont connu, par nécessité ou prise de conscience, une accélération significative. Retour sur ces nouvelles habitudes qui concernent aujourd’hui de plus en plus de français. 

L’engouement pour la vente en circuit court

La vente en circuit court connaît depuis les années 2000-2010 un regain d’intérêt parmi la population. Avec le confinement et la crise sanitaire liée au COVID-19, cet engouement a augmenté parmi les français, qui perçoivent les circuits courts comme un secteur permettant de : 

  • Privilégier les produits locaux et cuisiner des produits de qualité gustative ;
  • Consommer de manière plus responsable ;
  • Soutenir l’économie du pays et en particulier, soutenir le développement de leur territoire (l’emploi, l’économie locale) ;
  • Payer le juste prix aux agriculteurs qui nous nourrissent : rapport gagnant-gagnant.

Des exigences qui, selon plusieurs sondages, sont aujourd’hui partagées par de nombreuses personnes en France : 

  • 63 % des français déclarent privilégier les produits locaux (sondage Ipsos – Observatoire E.Leclerc des nouvelles consommations) ;
  • 83 % des français disent vouloir privilégier les enseignes françaises (Kantar COVID-19 Monitor vague 4).

Découvrez comment mettre en place votre stratégie d’entreprise en période de crise

Limitant les intermédiaires entre producteurs et consommateurs, favorisant la consommation de produits locaux et transformés (les yaourts par exemple) ou non, la vente en circuit court a logiquement suscité un engouement plus important ces derniers mois dans la population. 

Parmi les modes de commercialisation proposés en circuit court, un système a particulièrement séduit les français (notamment lors du confinement de mars/avril) : le Drive fermier. Ce mode de vente permet à la fois de consommer des produits locaux de saison (directement proposés par des agriculteurs) et de réduire les interactions sociales (le panier de produits est déposé dans le coffre du consommateur). 

Les autres modes de vente en circuit court plébiscités par les français : 

  • Marchés de petits producteurs ;
  • Magasins de producteurs et de produits fermiers locaux ;
  • Vente à la ferme ;
  •  AMAP ;
  • Vente en ligne (le circuit court n’implique pas nécessairement une proximité physique entre le producteur et le consommateur : la principale condition pour vendre en circuit court est de ne pas accepter plus d’un intermédiaire dans la chaîne de distribution).

Le succès de l’e-commerce

Durant la période de confinement, les ventes sur Internet ont connu une très nette augmentation, particulièrement dans le domaine alimentaire : le taux de croissance des dépenses en ligne a été de 83 % en avril 2020 par rapport à avril 2019 (Kantar COVID-19 Monitor vague 4). Ce phénomène concerne notamment l’achat en Drive, soit le fait de commander en ligne ses courses et de les récupérer avec sa voiture. 

Comme nous l’avons vu, cette tendance ne concerne pas seulement la grande distribution. Traiteurs, cavistes, bouchers, producteurs, restaurateurs, agriculteurs ont su répondre à la demande des français en utilisant notamment les circuits courts. Un moyen, là encore, de soutenir l’économie française tout en consommant plus sainement (local, de saison, Bio, agriculture raisonnée) et responsable.

Soyez accompagné pour développer votre entreprise avec nos experts

La volonté de consommer de manière plus éthique

Les nouvelles habitudes de consommation des français sont également notables sur le plan éthique : pour 69 % des français, il paraît désormais nécessaire de consommer plus responsable, que ce soit en privilégiant le local, le Bio ou le commerce équitable (OpinionWay Max Havelaar). 

Là encore, les circuits courts ont pu répondre à ces exigences, en favorisant le recours à l’approvisionnement en direct et aux commerçants de proximité ne travaillant souvent qu’avec un seul intermédiaire. 

Néanmoins, notons que, si ces tendances sont réelles, elles n’ont pas modifié en profondeur la société de consommation : les changements s’opèrent peu à peu car le critère numéro 1 pour la plupart des français restent le prix et les filières développant les circuits courts et le local proposent souvent des tarifs plus élevés que les hyper et supermarchés en rapport avec la qualité des produits et de leur coût de production. Des évolutions qui restent toutefois importantes et qui témoignent d’un réel intérêt des français pour la proximité et les produits locaux. Manger mieux, manger local et maintenons le développement du territoire en achetant des produits du terroir.
  
Contactez à tout moment les experts Cerfrance Brocéliande pour être accompagné dans votre projet de vente en circuit court et portez vos valeurs !