Environnement

Des assouplissements pour les cultures intermédiaires et les jachères

Environnement

Publié le 12 septembre 2018

Assouplissements pour les cultures intermédiaires et les jachères

La Commission européenne a présenté jeudi des mesures supplémentaires pour les agriculteurs victimes de la sécheresse dans plusieurs Etats membres, dont la France.

Plusieurs dérogations doivent ainsi permettre aux agriculteurs de cultiver en dérogeant aux règles habituelles, sans perdre leurs paiements liés au respect de l'environnement. Ainsi les règles concernant les cultures intermédiaires seront assouplies. Dans certains cas, il sera possible de passer directement aux cultures d'hiver si elles sont destinées à produire pâturages et fourrages. Il sera également possible de ne semer qu'une seule espèce de cultures intermédiaires, et non un mélange comme ce qui est normalement requis. Par ailleurs, la France va être rajoutée aux pays bénéficiant d'une dérogation pour utiliser les terres en jachère afin de nourrir les animaux.

La Suède, le Danemark, les Pays-Bas, l'Allemagne, l'Irlande, la France, la Belgique, les Pays baltes notamment ont été touchés par une vague de chaleur au cours de l'été. Les sols desséchés rendent les semis difficiles pour les cultures intermédiaires (par exemple la moutarde, le colza fourrager, la luzerne...).

La Commission va également permettre la réduction de la période obligatoire pour la présence des cultures intermédiaires, actuellement de huit semaines, pour ne pas décaler trop tard dans l'année les semis d'hiver.

De nombreux agriculteurs ont distribué pendant l'été les réserves de fourrage qu'ils avaient constituées pour l'hiver. Le coût du fourrage a bondi, et beaucoup de bêtes ont dû être envoyées à l'abattoir plus tôt que d'habitude.

L'exécutif européen avait déjà annoncé début août un premier train de mesures de soutien, autorisant des avances de paiement (aides directes et aides au titre du développement rural). Seize Etats membres en ont déjà fait la demande.

Les agriculteurs pourront recevoir jusqu'à 70 % de leur paiement direct et 85 % des paiements au titre du développement rural dès la mi-octobre 2018 au lieu d'attendre jusqu'en décembre pour améliorer leur trésorerie, a promis Phil Hogan. Ils seront en outre autorisés à utiliser les terres normalement mises en jachère pour produire du fourrage pour les animaux, a-t-il souligné. Les Etats pourront enfin indemniser les dommages subis par les agriculteurs sans avoir besoin de demander l'autorisation à la Commission. Une aide d'un montant maximal de 15 000 euros peut être accordée sur une période de trois ans.

Source : terre-net.fr